Try a little tenderness

Vu sur Arte la semaine derniere, Otis Redding au festival de Monterey en 1967.
C’était six mois avant sa mort dans un accident d’avion, à tout juste 26 ans. Ce mec balance sa soul avec une énergie cosmique. Sur scène, il est comme possédé.
Dans le public, beaucoup sont avec Lucy, dans le ciel, avec des diamants… Une autre jeunesse, un peu smelly et très hairy, qui espère encore.
Les jeunes californiens sont électrisés par le natif de Macon (en Georgie, pas en Saône-et-Loire hein), dans une Amérique qui vient tout juste de reconnaitre le droit de vote aux afro-américains (1965).
Allez, un peu de tendresse.

Une Réponse to “Try a little tenderness”

  1. Gitan Says:

    Merde, ca pète! Je veux une gamine pareille qu’à la 1″54 (ne vérifiez pas, je balance ca au hasard…) avec des fleurs dans les cheveux, un sourire sans chicots de quoi faire fondre Poutine… En plus si elle a ma trogne… Ca y est! Je me vois Papa, Daddy, Dadou! Chut! Le dieu Pampers me parle… Quoi ? Pardon ? Ah le con, c’est un pote à Vico, le pédoterroriste canado-thai!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :