La Gazette de Berlin, journal de droite?

Du positionnement des médias en politique

Remarque surprenante de membres de la section PS de Berlin lors de la première édition du « dimanche à la campagne ». Le magazine francophone des « Alpes à la Baltique » serait donc, à l’instar de certains congénères de l’Héxagone, un suppot de Sarkozy? C’est la deuxième fois qu’on me dit ça. Mais en tant que membre fondateur du bihebdo, je monte sur mes grands chevaux. Déjà, ce canard se veut totalement apolitique, s’adressant à une communaté francophone, et non exclusivement française de 300 000 personnes à travers l’Allemagne, soit environ 300 000 sensibilités différentes. Il serait suicidaire pour un tel magazine de prendre parti à droite, à gauche ou au centre. Cette non-orientation est sans cesse défendue lors des conférences de rédaction, et chaque fois qu’un article semble trop orienté, il y a recadrage.

Outre la vocation de neutralité du journal, la composition de l’équipe de rédaction est remarquablement pluraliste et couvre presqu’intégralement le spectre politique. Des idées différentes se cotoient dans un respect mutuel, et l’exigeance de déontologie et de professionalisme est garantie par la personnalité même de la rédactrice en chef, Dorothée Fraleux.

Finalement, un membre de la section PS reconnaît qu’on a machinalement tendance à placer un média qui ne se situe pas clairement dans son camp dans le camp d’en face. Etonnant. Peut-être que mes années helvétiques m’ont rendu le concept de neutralité si familier que je l’imagine intériorisé par tout le monde…

Dès lors, comment ces médias soivent se positionner, en particulier dans le contexte idéologiquement bouillonnant d’une campagne présidentielle? En France, on parle beaucoup du « Duhamelgate », des accointances réelles ou supposées entre certains journalistes et le candidat de l’UMP. L’hebdomadaire « Marianne », dont le directeur Jean-François Kahn est un proche de François Bayrou, a réalisé un sondage au sein de sa rédaction. Une façon peut-être d’être honnête avec son lectorat et d’éviter l’hypocrisie. Alors oui, derrière chaque journaliste se cache un citoyen et peut-être un militant. Mais est il impossible de faire la part des choses? Je ne le crois pas. Le journaliste avec son exigence d’objectivité n’a pas à prendre le pas sur le citoyen, comme Jean-Michel Apathie déclarant qu’il vote blanc, pensant ainsi démontrer son impartialité professionnelle. Ou Jean-Pierre Elkabach, qui utilise parfois sa qualité de journaliste pour militer en faveur de Nicolas Sarkozy. Tous les deux hypocrites sont à coté de la plaque, tout autant que les directeurs de chaines lorsqu’ils suspendent Béatrice Schoenberg, Marie Drucker ou Alain Duhamel. Je suis militant et journaliste, et citoyen. Chaque casquette a sa place et je n’ai aucun mal à ne pas mélanger les pinceaux. Ca n’est même pas de la déontologie, c’est simplement du respect pour les (é)lecteurs

8 Réponses to “La Gazette de Berlin, journal de droite?”

  1. jean-pierre Says:

    La Gazette c´est carrément fachiste même!

    c´est incroyable ce qu´ils sont à droite!

  2. Sabine Says:

    Peux-tu illustrer tes propos en citant un article qui aurait traité un sujet de manière raciste?
    Par curiosité.

  3. Sabine Says:

    pour ne citer qu’une des facettes du « fachisme » dont tu parles…

  4. Pierre Says:

    pas d´inquiétude il s´agit plutôt d´une boutade…

  5. Léa Says:

    de droite la gazette?
    faut arrêter la fumette!

    tiens fais tourner c’est du Robinet!

  6. Le gitan Says:

    Chuuuuut Léa… Je te jure, ça brûle les yeux, ca pique les oreilles et le nez à chaque fois que tu actionnes le clapet nauséabond de tes mâchoires. C’est comme le bourdonnement ininterrompu d’un acouphène. Le genre de son qui donne envie de se forer le tympan à grands coups de perceuse Bosch ( je te renvois à Aronofsky pour l’illustration) et de se finir à la goudronneuse.
    Je pense, personnellement que Céline Robinet a mille fois plus de sensibilité et de talent dans son ongle incarné que tu n’en auras jamais… Enfin, malgré les apparences, j’ai de la sympathie pour toi. Ne dit-on pas « on en rira plus tard »… ? Eh bien, c’est vrai! Moi je me marre déjà. Je me rappelle avec délice tes formules journalistiques digne d’un horoscope de Cosmo dont tu te servais pour écrire tes articles… Il y a quelques jours, en voyant un pigeon mort- tu vois ce tapis répandu de sang de plumes et d’entrailles ? – j’ai eu soudain cette même sensation qu’en tentant de décrypter les lignes torturées de tes merveilleux papiers tue-mouche, tue-cerveau, tue-envie, tue l’amour.

    Sincèrement,

    Pf

  7. julien Says:

    ha pf ! C est aussi pour ca qu on l aime !

  8. Saro Says:

    quel poète ce pf, c’est trop beau pour me yeux… merci m’sieur de nous servir de tels délices

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :